Deux visions

Publié le 20 Octobre 2017

Deux visions

Je vous en raconte des histoires… Se positionner comme narratrice demande souvent un certain recul sur le présent, observer, maîtriser et anticiper l’après.

Comment vivre pleinement l’instant lorsqu’on ne cesse de réfléchir à créer des souvenirs ? Pour la soirée de lancement de ma marque c’était le moment de présenter, de remercier, de recevoir, d’embrasser, d’accueillir, de ressentir… Bref c’était le moment de kiffer.

C’est pour cela que pour garder traces, j’ai fait appel à deux pros, deux visions différentes.

Yann Marchadier alias « Ghostposterz »

« Je viens du métier de l’image et comme je suis un fan de Ghostbuster et de posters, la contraction de mes deux passions crée mon pseudo ! »

Cet inconditionnel de film noir, policier, de science-fiction voue un culte au titan des effets spéciaux Ray Harryhausen qui donne vie en stop motion aux créatures mythiques du cinéma Américain de « Monsieur Joe» aux « Chocs des titans ».

Capture d’image fixe, inventer ou raconter dans le mouvement, lier la musique, Yann est un autodidacte.

Après avoir approfondi ses savoir-faire en photo, créé ses propres musiques « très cinématographique », c’est dans la vidéo qu’il s’exprime pleinement. « J’aime bien les histoires… J’adore. J’aime le rire des gens, j’aime vous faire revivre une ambiance grâce à la vidéo. »

Voici sa vision de la soirée, en noir et blanc, pleine de poésie.

 

Yann est le témoin de nos émotions. Il aimerait aussi être l’initiateur de l’histoire et tendre à réaliser « J’ai envie de faire rentrer l’écriture dans mes films ». Il a déjà plusieurs projets sur le feu, clips, teaser, pour la musique et le spectacle.

Un talent à suivre…

 

Émilie Tapiero.

Son premier coup de cœur fut la photographie au lycée avec ses premières envies de faire passer des messages forts. « Les images vous percutent, le film touche plus de gens, on peut dénoncer mais faire aussi rêver, le documentaire comme la fiction est un support à la parole. »

Des premiers films de Jeunet avec son esthétisme propre aux films indiens contemporains Masaan ou Lunch box, Émilie aime la profondeur des personnages qui nous font vivre leurs aventures. « Les films deviennent de plus en plus militants et cela fait du bien ! »

C’est avec cet œil tourner vers l’humain qu’Emilie à filmer cette soirée. « Je ne m’arrête pas à une recette qui fonctionne, je film ce que vivent les gens, ce sont les émotions qui m’intéressent. »

Elle aime aussi les émissions telles que Tracks sur Arte qui nous amène vers une autre vision de la culture. Émilie propose sa version avec son collectif Libre & Heureux : l’émission Freax, « que des bonnes nouvelles sur la culture, l’art et les belles initiatives »

Ça donne envie !